Peindre les métaux pour du jeu

1. Pour commencer, j’applique 2 couches légèrement  diluées de Boltgun metal (GW).

2. Ensuite, je passe plusieurs couches d’un lavis noir.

3. Puis, j’ombre avec encore avec du Badab Black et du Devlan Mud et éclairci avec du Chrome (PA air).

4.Je pousse encore les ombres mais beaucoup plus dirigé vers la garde de l’épée et j’effectue un éclaircissement final sur la pointe de la lame. 

 5. Puis avec du noir semi-brillant (Tamiya), du Red Gore (GW) et du blood red (GW) je des petites taches de peintures pour simuler les gouttelettes de sang séché et des traînées.

 

C'est relativement simple et rapide pour un bon résultat.

Les éraflures

Après des jours, des semaines, des mois, parfois même des années de combats acharnés, les armures vieillissent, s’écaillent, rouillent, s’abîment et finissent par tomber en morceaux. Mais comment pourrions-nous représenter ceci en tant que peintre ? Eh bien vous allez voir, c’est plus simple que ça n’y parait !

Trois techniques sont principalement utilisées : celle à main levée, celle avec de la mousse (de blister par exemple) et celle avec des grains de sel (oui, oui, vous avez bien lu !). Il existe néanmoins d’autres techniques, mais qui sont plus coûteuse, plus rares d’utilisation et qui demande une meilleure maîtrise, comme la technique du « Maskol ».

 

La première technique, une des plus simples à réaliser est celle à main levée. Plus utilisée pour les figurines de jeu, cette technique consiste à tracer au pinceau une fine ligne d’un mélange de noir et de brun en quantités égales (Chaos Black et Scorched Brown) qui déterminera l’emplacement de l’éraflure. Ensuite, il suffit de tracer une autre fine ligne, cette fois légèrement en dessous de la première de façon à ce que l’œil ait une impression de relief déterminé par cet « éclaircissement » de couleur beaucoup plus claire, comme du blanc, voire même métallique (Chainmail).Généralement, les armures sont métalliques et ensuite elles sont peintes, mais avec le temps, la peinture s’écaille. (Photo N°1)

3.Ensuite, il existe la technique de la mousse de blister pour simuler des éraflures. Celle-ci demande moins de précision, mais pour avoir un bon résultat, il vous faudra peut-être essayer plusieurs fois. Cette technique a un meilleur impact visuel sur les chars, véhicules, motojet ... Elle peut aussi être utilisée sur les figurines à pieds, mais n’aura pas le même « effet ». Pour commencer, il suffit simplement de peindre votre figurine comme vous le feriez normalement. Si c’est destiné au jeu, un aplat, ombrage et éclaircissement sont suffisants (Photo N°2).

Après, il faut prendre un petit bout de mousse que l’on trouve dans les blisters vendus par GW ou toutes autres mousses similaires, préparer un mélange (sur votre palette) de noir, de brun foncé et de brun rouge ( Ici : Chaos black, Scorched brown , Dark flesh et un peu d’eau en 2/2/1/1), prendre la mousse et la tremper dans le mélange comme vous le feriez pour un brossage, enlever le surplus pour qu’il ne reste que des particules de peinture et tamponner les arêtes de la figurine les plus propices à recevoir des coups ou autres éraflures et dommages (Photo N°3). Cette technique est assez rapide, mais elle ne donne un bon effet que sur des couleurs claires. Pour les couleur plus foncées, il vaut mieux faire ça avec des couleurs métalliques. Si vous le voulez vous pouvez combiner la 1ère et la 2ème technique et ainsi surligner les plus grosses éraflures avec une couleur claire (blanc), mais ce travail est long et fastidieux.

La troisième et la moins utilisée des techniques pour simuler les éraflures nécessite de posséder un aérographe. Elle consiste à peindre les parties qui seront « abîmées » en Chaos Black, Scorched Brown et Dark Flesh (avec les mêmes proportions qu’avant) et l’appliquer comme un aplat. Pendant que la peinture sèche, il faut préparer du sel que l’on écrase pour ne pas que les grains aient la même forme. Ensuite, il faut appliquer avec un pinceau assez fin de l’eau sur les endroits les plus propices à être abîmés, donc, principalement sur les arêtes, et ensuite y déposer le sel comme vous le feriez pour du flocage. Le sel va durcir quand l’eau se sera évaporée, et si vous n’y touchez pas, il restera bien en place. Evidemment, vous enlèverez le surplus de sel. (Photo N°4)

 

Une fois ceci fait, laisser bien sécher le tout, puis à l’aide d’un aérographe, vous passez votre couche de base (dans mon cas, du Dheneb Stone). Une fois la couche de base bien propre et uniforme, vous passez votre figurine sous l’eau pour enlever le sel. Et hop, vos éraflures apparaissent, vous pouvez toujours utiliser de la mousse de blister et reprendre le mélange pour refaire d’autres éraflures si vous trouvez qu’il n’y en a pas assez. (Photo N°5). Et tout comme avant, vous pouvez surligner en blanc les éraflures.

 

Voilà, vous connaissez maintenant les principales techniques pour créer des éraflures. Vous pouvez aussi simuler de la poussière, de l’oxydation, de la boue, ... pour avoir un effet encore plus réaliste sur vos figurines.

 

Bonne séance de peinture.

4.